patpong-nana-plaza-soi-cowboy-bangkok
Bangkok Voyage

Les quartiers rouges de Bangkok

By on 27 octobre 2015

La Thaïlande… ce lointain pays éveille une foule d’images idylliques pour nos cerveaux occidentaux: Plages paradisiaques et eau turquoise, jungle luxuriante et éléphants, temples et stupas dorés, tuk-tuk et plats épicés, etc… Tout un album photo dédié à l’exotisme.

Toutes ces images d’Épinal attirent à elle seules des millions de touristes par an.

En plus d’être paradisiaque le pays est,  avec ses salaires très bas , très abordable, une raison de plus pour faire de la Thaïlande un des dix pays les plus visité au monde en 2014(*).

Mais une autre raison pèse incontestablement dans le succès touristique du royaume…

Le sexe facile et la prostitution, donnant à Bangkok et à la Thaïlande une réputation à la fois sulfureuse et envoûtante.

Un sujet casse gueule?

Le but de cet article est d’informer sur l’histoire et le présent de ces quartiers, mais en aucun cas de faire l’apologie de l’exploitation de jeune femme ou pire d’enfant. Une fois cette précision apportée, j’en glisse une autre :

Pour juger d’une chose, d’un sujet, encore faut-il le connaître, et pour le connaître il faut apprendre ou experimenter.

Beaucoup juge sans connaître, beaucoup pense par procuration.

La prostitution en Thaïlande est certes sordide mais certainement moins que celle qui a lieu dans notre chère et douce France donneuse de leçon.

Pour ceux que le sujet intéresse de nombreux livres existent.

Bien sûr il ne faut pas se voiler les yeux, la prostitution en Thaïlande ou ailleurs ce n’est pas le monde des bisounours,

En Thaïlande aussi certaines prostitués sont exploitées,  voir le reportage le papier ne peut envelopper la braise tourné au Cambodge voisin… et qui fait réfléchir.

Toutes les informations ci-dessous sont sourcées et les liens se trouvent à la fin de cet article.

 

L’HISTOIRE DES QUARTIERS ROUGES DE BANGKOK

 quartiers rouges de bangkok histoireSoi Patpong au début des 60s

PATPONG

Au commencement… Contexte historique

Asie du sud-est, années 60: l’absurdité guerrière américaine est à l’œuvre au Vietnam…

La Thaïlande est alors un important allié des Yankees dans la région. Le royaume compte de nombreuses bases arrière de l’U.S Air Force sur son territoire à Don Muang, Korat, U-Tapao, Nakhon Phanom, Ubon…

Un allié clé même au vue des chiffres ci-dessous:

  • Au final, 80% de toutes les attaques aériennes menées sur le nord Vietnam ont décollées de la Thaïlande.
  • En 1969 plus d’hommes de l’ U.S Air Force été basés en Thaïlande qu’au Sud-Vietnam.

Entre 1955 et 1975, l’oncle Sam enverra plus de 2,5 millions de ses boys (soldats et personnel militaire) sur le sol vietnamien ou dans les pays limitrophes afin de “faire plier” le “petit dragon”… En vain.

Marine-en-R&R-Guerre-du-VietnamUn marine en R&R à Taipei -Taïwan

Drogue, Sexe et R&R

Bien sûr tout ce petit monde a droit à des permissions, des R&R (rest & recuperation), repos et récupération, ou relaxation ou recréation,

des permissions de 5 ou 7 voire 14 jours qui permettent aux boys de se détendre un peu…

Les G.Is parleront très vite de I&I pour Intercourse & Intoxication (rapports et intoxication) semblant être plus à propos…

De nombreuses destinations sont définis pour accueillir les soldats durant leurs R&R: Saigon, Da Nang, Tokyo, Sidney, Manille, Hawaï, Singapour, Hong-Kong, Taipei, Penang, Kuala Lumpur et… Bangkok, la plus prisée, de part sa proximité, ses prix très bas, et la possibilité pour le soldats de  “louer” les services d’une femme pendant toute la durée de leur R&R.

 

Le R&R de Bangkok est négocié par un général Américain de l’air Force en 1966, lui-même agent de voyage avec sa femme à ses heures perdu…Via son agence il organisera des milliers de séjours R$R sur Bangkok.

La même année, alors que prostitution et nudité publique sont illégales en Thaïlande, les autorités thaïe, flairant la bonne affaire d’entrée massif de capitaux, adopte une loi controversée (The New Entertainment Place Act), autorisant les activités commerciales liées au sexe dans certaines zones.

La ville se développe alors rapidement autour de ces activités: hôtels, clubs, bars et massage parlors (bordels) fleurissent principalement sur le long de Petchburi Road (Also Knows As The Golden Miles), au nord de Sukhumvit,  entre soi Nana Tai et soi Ekkamai, et plus au nord dans le quartier de Saphan Kwai.

La passe se négociait alors aux alentours de 2 ou 3 dollars.

Patpong, est alors un petit soi (ruelle) sans histoire principalement occupé par des agences de compagnies aériennes…

Saphan-Kwai-quartier-rouge-Bangkok-60s-lh

Le Susie Bar à Saphan Kwai dans les années soixante

Patpong Begins

20 ans auparavant Patpong n’était encore qu’une simple bananeraie en bordure de la ville, jusqu’à ce qu’une famille de migrant chinois, la famille Patpongpanich ne rachète ce lopin de terre pour une poignée de mangue (2400$). La famille trace une première route pour relier les rues Silom et Suriwong, puis recouvre le khlong (canal) coulant sur la propriété et fait construire des bâtiments commerciaux et boutiques le long du nouveau soi Patpong.

En 1968 le quartier est déclaré zone spécial destiné au R&R, les agence de compagnie aériennes sont progressivement remplacées par des bars et discothèques sur Patpong 1 et dans le début des années 70 sur Patpong 2 une petite rue parallèle appartenant également à la même famille.

 

patpong bangkok années soixanteBangkok dans les années soixante

 

Go-go à Bangkok

En 1969, Rick Meynard un vétéran du Vietnam ouvre le premier go-go bar de Bangkok (The Grand Prix Disco), les filles en petites tenues dansant sur les estrades attirent de nombreux clients, les dollars pleuvent et plusieurs bars reprennent le concept.

Notamment  le fameux  Mississipi Queen, repère de soldats afro-américains apparaissant dans le film  de 1978 “Voyage au bout de la nuit” avec Robert de Niro.

Flyer mississippi queen bar soi patpong bangkokFlyer du Mississippi Queen, Go-go au son de musique afro-américaine

 

Les go-go bars de Patpong, qui s’adressent presque uniquement aux farangs (les hommes thaïlandais préférant des lieux plus discrets pour fréquenter les prostitués) vont faire de Patpong la vedette des quartiers de débauche de la ville.

 

patpong zone touristique bangkokUne carte postale explicite de Bangkok, années 70

Patpong, la vitrine du tourisme sexuel en Thaïlande

1975, la guerre est fini, les touristes remplacent les militaires, aidés par l’essor du secteur aérien et par les tour-operators mettant en avant le quartier et ses fameux shows érotiques (ping-pong shows, banana shows, fuck shows…) dans leur brochure.

Au début des années 90,  afin de maximiser les profits, la famille Patpongpanich transforme la rue en un marché nocturne. Le quartier devient alors une attraction touristique ou décidément “tout s’achète et tout se vend” et selon l‘ avis de nombreux anciens du quartier l’arrivée du marché coïncide avec la fin d’une époque.

De nos jours Patpong est un peu comme une balafre dans le quartier des affaires de Silom qui est l’un des plus cher et moderne de la ville. L’emplacement du quartier chaud fait saliver tous les promoteurs de la ville et sera sans doute un jour détruit au profit de bâtiments plus rentables, de nombreuses rumeurs courent sur le sujet depuis une dizaine d’années.

 quartiers rouges de bangkok soi cowboy années soixante dixSoi Cowboy, il a bien longtemps

SOI COWBOY

En 1977, T.G « Cowboy » Edwards, un ancien de l’U.S air force au Vietnam (encore un!), retourne en Asie et pose ses santiags à Bangkok. Cet afro-américain, 9 fois divorcé, arborant un look tout droit sorti du film “le bon, la brute et le truand », et connu pour avoir la gâchette la descente facile, ouvre un bar dans un petit soi de Bangkok vers Asok: Le Cowboy’s Bar.

A cette époque le soi se nomme Gold label et accueille déjà un go-go du même nom et quelques autres bars à filles, comme le Chitra, le Loreatta, des établissements fréquentés par les expat et quelques touristes aventureux.

Le surnom Soi Cowboy est donné à la ruelle dans les années 80 par le chroniqueur de la rubrique Night Owl (noctambule) du Bangkok Post, l’américain Bernard Trink en référence à l’ancien militaire.

Pour le célèbre bourlingueur-bloggeur des nuits thaïlandaises Stickman Bangkok, Soi cowboy était dans les années 80/90 son quartier rouge favori, malgré qu’il était très délabré comparé à Patpong et Nana. Il en parle avec nostalgie comme d’un petit village Issan au cœur de Bangkok, avec une atmosphère bonne enfant ou la majorité des filles vivaient dans les bars fréquentés principalement par des expat habitués.

Avec l’arrivée de nombreux investisseurs et propriétaires étrangers le quartier est devenu la machine à fric bling-bling que l’on connait aujourd’hui.

Le cowboy quant à lui est mort ruiné, d’avoir bu tout le profit engendré par ses bars, parait-il.

go-go-girl Suriwan soi cowboySiriwan, une star anonyme des nuits de soi cowboy dans les années 80

quartiers rouges de bangkok Nana plaza 80sNana plaza, à l’époque ou ce n’était qu’un banal centre commercial fréquenté par des éléphants et des Saoud.

NANA PLAZA

Ce qui est désormais le plus célèbre lupanar de Bangkok fut à l’origine un petit centre commercial tranquille de quartier fréquenté par les thaïs et par les touristes du moyen orient, Soi Arab (alias soi Ali Baba) étant juste de l’autre côté de Sukhumvit.

Le bâtiment appartient à une riche famille Thaïe-musulmane, la famille Nana, dont le plus illustre membre est un homme politique influent Lek Nana, surnommé “the landlord of bangkok” (le propriétaire), car possédant de nombreuses propriétés principalement sur Sukhumvit.

Dans les années 80, le quartier de Sukhumvit se transforme rapidement, des quartiers entiers sont rasés pour laisser la place à des bâtiments plus modernes. C’est ainsi que disparaissent des bars à filles dans les soi 14 et 16, ils se relocalisent à Nana Plaza et petit à petit le bâtiment entier se spécialise dans l’entertainment pour adultes.


 

LES QUARTIERS ROUGES DE BANGKOK EN 2015

PATPONG 2015

A l’ombre des buildings du quartier financier de Bangkok, Silom, Patpong est le doyen des quartiers rouges de la ville, à lui tout seul ce quartier a contribué à donner à Bangkok sa réputation sulfureuse.

Le marché nocturne de Patpong réputé pour ses contrefaçons est un site très visité par les touristes à la nuit tombée, ou comment allié l’utile à l’agréable.

Le quartier rouge de Patpong englobe 4 rues: soi Patpong I & II, Soi Thaniya qui s’adresse à une clientèle japonaise, et Soi Silom 2 uniquement avec des bars pour homosexuel.

Spécificité du quartier: C’est uniquement à Patpong que l’on trouve les fameux ping-pong shows et autres shows exotiques, attention aux arnaques à l’addition gonflée dans ces attrapes touristes.

A voir: ci-dessous ce reportage en anglais sur une performeuse de Ping-Pong Show qui nous raconte son boulot un “peu spécial”, et pourquoi elle l’aime…

Réservé à un public averti et adulte.

Comment se rendre à Patpong ?

Sortir à la Station SALA DAENG (ศาลาแดง) (S2), de la ligne Silom du métro aérien (BTS-SKYTRAIN), sortie 1 (Exit1) et continuer sur le même trottoir une trentaine de mètre.

ou

Sortir à la station SILOM du métro (MRT), prendre la passerelle jusqu’au BTS, puis sortie 1 (Exit1) et continuer sur le même trottoir une trentaine de mètre.

ou

Taxi:

Si le taxi est autiste ou si vous êtes muet, montrez ceci:

 

ถนนพัฒน์พงศ์

Des bus vous y emmènent également.


soi cowboy bangkok red light districtSoi cowboy, le plus flashy des red light districts

SOI COWBOY 2015

Cowboy c’est le plus tape à l’œil et flashy des “red light districts”, le terme red light district prend d’ailleurs ici tout son sens: sur une bonne centaine de mètre s’agglutinent 25 bars dans une surenchère de néons multicolores donnant au quartier une ambiance très psychédélique, qui tranche avec le côté parfois un  peu glauque de Nana et Patpong.

Le quartier à la cote et s’affiche dans des grosses productions américaine: Bangkok Dangerous et Very bad trip 2 (ce qui est d’ailleurs loin d’être une référence vu le niveau de ces films, lol 🙁 ) et dans le  film éponyme “Soi Cowboy” sortie en 2009, plus intimiste…. ou autrement dit…. très efficace contre les crises d’insomnie (lol 2). Petit échantillon suffisant et gratuit ci-dessous:

Attention, comme à Patpong de nombreuses arnaques à l’addition gonflée sont souvent rapporté par les touristes, soyez vigilant!

Spécificité du quartier : Toutes les filles ne sont pas à “emporter” à Cowboy… Certaines (les coyotes) sont juste là pour inciter à la consommation.

Comment se rendre à Soi Cowboy?

Sortir à la Station ASOK ( (E4), de la ligne Sukhumvit du métro aérien (BTS-SKYTRAIN), sortie 3 (Exit 3).

ou

Sortir à la station SUKHUMVIT du métro (MRT), sortie 2 vous y êtes.

ou

Taxi:

Si le taxi est autiste ou si vous êtes muet, montrez ceci:

 

ซอยคาวบอย

Des bus vous y emmènent également.


Nana plaza le plus grand terrain de jeux au monde enseigne BangkokNana Plaza « le plus grand terrain de jeux pour adultes au monde »

NANA PLAZA 2015

Nana plaza…  difficile de trouver un nom plus évocateur pour les francophones.

L’unique entrée de Nana Plaza, depuis  le soi 4 de Sukhumvit, est surmontée depuis 2012 d’une nouvelle enseigne présentant Nana comme “le plus grand terrain de jeu pour adultes au monde” (à mon avis le titre revient à Pattaya, la ville entière tourne autour de la prostitution).

Une fois ces présentations faites, on rentre dans une arène encerclée par deux étages de gogo-bars, une trentaine d’établissements au total, plus quelques simples bars à bière au rez-de-chaussée. Mais la plaza est le noyau au cœur de la mangue d’un quartier tout entier voué à la prostitution une fois la nuit tombée.

Spécificité du quartier : Nana Plaza est le quartier rouge de Bangkok qui compte le plus de go-go bar à ladyboys, 5 établissements au total:  Cascade, Obsession, CasaNova, Voodoo, Temptations.

Comment se rendre à Nana Plaza?

Sortir à la Station NANA ( (E3), de la ligne Sukhumvit du métro aérien (BTS-SKYTRAIN), sortie 1 ou 2 (Exit1 – Exit 2).

ou

Taxi:

Si le taxi est autiste ou si vous êtes muet, montrez ceci:

 

นานาพลาซ่า

Des bus vous y emmènent également.

 


Les autres quartiers rouges de Bangkok

Nana, Patpong et Cowboy sont les principaux quartiers rouges de Bangkok, mais ils en existent d’autres:

  • Soi Dead Artists (Sukhumvit soi 33), avec ses bars plus sélects et plus chers
  • Queen’s park Plaza (Sukhumvit soi 22)
  • New Petchburi Road connu pour ses massages exotiques

 

LE MATCH INTERNET

PATPONG Vs SOI COWBOI Vs NANA PLAZA

Nombre de résultats Youtube:

Nana Plaza:61700

Patpong: 39200

Soi Cowboy: 24200

 

Nombre de résultats Google:

Nana Plaza:1 090 000

Soi Cowboy: 514 000

Patpong :480 000

Selon le web c’est Nana plaza le plus populaire! Et pour vous ?


Voici les sources qui ont servis à la rédaction de cet article:

Patpong:

http://www.espacestemps.net/en/articles/patpong-entre-sexe-et-commerce-en/#ftn5
http://www.bangkokeyes.com/2013jan01.html
http://www.thaivisa.com/forum/topic/358302-did-america-create-pattaya/
http://www.stickmanbangkok.com/StickmanWeeklyColumn2013/Patpong-Bangkok-history.htm
http://www.tourofdutyinfo.com/Notebook/Essay4-R&R.htm
https://en.wikipedia.org/wiki/Patpong
http://www.thebigchilli.com/features/patpongs-favourite-son-tim-young
http://www.theage.com.au/news/business/the-banana-plantation-turned-sex-zone/2005/09/20/1126982060480.html
https://en.wikipedia.org/wiki/United_States_Air_Force_in_Thailand
http://www.bangkoknightlife.com/go-go-gossip/patpong-in-the-60s/
http://dimichalkos.blogspot.fr/2013/08/vietnam-war-bangkok-r-and-how-some-thai.html
http://www.thaivisa.com/forum/topic/45453-interesting-history-of-pat-pong/
http://www.statisticbrain.com/vietnam-war-statistics/
https://en.wikipedia.org/wiki/R%26R_(military)
http://www.dcothai.com/product_info.php?products_id=533https://books.google.fr/books?id=fcYq72qYRTcC&pg=PA454&lpg=PA454&dq=r%26r+petchburi+road&source=bl&ots=h_4_ZZNgW9&sig=CilWMAK3HMdz68OE5w1OG5ulymk&hl=fr&sa=X&ved=0CCQQ6AEwAGoVChMIy93u-v7hxwIVB-4aCh0EpwOU#v=onepage&q=r%26r%20petchburi%20road&f=falsehttp://www.thailawforum.com/sex-crimes-in-thailand-part2-2.htmlhttp://www.deanbarrettthailand.com/2007%2015%20January%20Nightlife.htm

Soi cowboy:

http://www.stickmanweekly.com/StickmanBangkokWeeklyColumn2010/Soi-Cowboy-Memories.htm
http://enterthaiment.com/weekly/2/the-history-of-soi-cowboy.html
http://www.bangkokeyes.com/2012jul01.html
http://www.corkscrew-balloon.com/04/11/2bkk/index.html
http://michael-lapalme.blogspot.fr/2011/05/soi-cowboy.html
http://bangkokhangover.me/tag/soi-gold-label/

Nana Plaza

http://www.stickmanweekly.com/StickmanBangkokWeeklyColumn2010/Nana-Plaza-Memories.htm
http://www.davetheravebangkok.com/nana-plaza-review-1/
https://en.wikipedia.org/wiki/Nana_Plaza
http://www.stickmanbangkok.com/StickmanBangkokWeeklyColumn2011/Nana-Plaza-versus-Soi-Cowboy.htm
http://thailandmusings.thaivisa.com/nana-plaza-history-and-future-of-bangkoks-naughty-nightlife/https://en.wikipedia.org/wiki/Lek_Nana
http://www.geocaching.com/geocache/GC46NA8_heart-of-darkness-nana-plaza

Khop Khun Khap/คุณ ขอบคุณ

Merci, d’avoir lu cet article, j’espère qu’il vous aura plu, n’hésitez pas à laisser un message, c’est toujours apprécié!

Partagez sur Facebook
TAG
RELATED POSTS

LEAVE A COMMENT